Ghislaine Mangel
Ghislaine Mangel

Hypnothérapie et thérapies brèves
à Paris 16e et Puteaux-La Défense

La phobie sociale ou anxiété sociale

Drowning in people.La phobie sociale fait partie des troubles anxieux. Elle se caractérise par une peur intense d’être exposé  au regard et au jugement des autres et de réaliser certaines actions devant d’autres personnes – par exemple la blemmophobie (peur du regard des autres) ou encore l’éreutophobie (peur de rougir) – Cette peur peut devenir une angoisse profonde face à certaines situations comme la prise de parole en public ou l’ immersion dans un groupe d’inconnus… et conduire une personne à éviter certaines situations sociales, puis à s’isoler complètement. Cet isolement peut causer une détresse profonde et conduire à une dépression et/ou amener des pathologies plus lourdes.

Phobie sociale : comment guérir ?

Pour guérir il est nécessaire  de comprendre pourquoi l’on ressent cette peur d’être exposé au regard et au jugement des autres. Cela amène naturellement à regarder vers l’enfance afin de vérifier si une personne a vécu :

  • Une éducation extrêmement exigeante ? Quoique l’on fasse cela n’était jamais suffisant et pouvait être sanctionné par des remontrances, punitions et parfois peut-être des humiliations.
  • Une enfance « surprotégée » ? Avec très peu d’exposition aux environnements extérieurs et donc d’apprentissages.
  • Un évènement traumatisant ? En lien avec l’exposition au regard des autres : à l’école par exemple.
  • Etc…

J’ai pour ma part constaté un phénomène peu pris en compte dans les diagnostics classiques.
J’ai aidé de nombreux patients disant souffrir d’agoraphobie ou de claustrophobie. Alors que je cherchais des évènements « traumatisants » ou bloquant (éducation…), je me suis rendue compte que certaines personnes étaient « réceptives ». C’est à dire capable de « capter » l’autre -ses états émotionnels intérieurs, ses pensées- ou de ressentir ce qui avait pu se passer dans des lieux comme des hôpitaux, d’anciennes prisons, etc. Dans ces conditions imaginez l’effet métro aux heures de pointes! Ce phénomène était souvent amplifié par une enfance surprotégée ou au contraire exposée. La non prise en compte de cet aspect peut expliquer l’échec d’une prise en charge « classique ».

Comment vais-je vous aider ?

Dans le cas de la phobie sociale et des phobies en général (peurs) j’utiliserai principalement des approches qui font appel au Qi Gong thérapeutique pour « vider » certaines mémoires (en cas de traumatismes notamment) et surtout prendre conscience de ses ressources intérieures, afin de pouvoir être en confiance.

Pour faciliter l’exposition progressive aux situations phobiques je ferai également appel à l’hypnose qui permet d’intégrer une nouvelle façon de faire, comme si nous la vivions « pour de vrai ».

L’apprentissage de l’auto-hypnose facilitera la mise en situation réelle en permettant de repérer ce qui se passe et trouver les ressources nécessaires pour s’adapter à la situation, à l’environnement, à une personne… parfois se protéger.

Pour le critère de la sensitivité le travail consistera à comprendre comment cela fonctionne et à apprendre à utiliser et à canaliser cette capacité innée. Selon chaque situation et à chaque personne, vous apprendrez des outils « pratiques »  comme la bulle psychique par exemple.